Archives

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

à vos ami(e)s

Rechercher

les dérives sectaires

Médecines parallèles, charlatans et sectes au regard de l’éthique

samedi 4 octobre 2014 de 9h à 17h00, à l’Espace Ethique Méditerranéen (EEM) 

 

9h00-9h30. Préambule du président du GEMPPI et présentation de la cellule Turquoise Freedom pour l'accueil des victimes de l'islam radical. Intervention de Danièle Muller Tulli, vice-présidente de la FECRIS (ONG auprès du Conseil de l’Europe), qui situera le propos dans le contexte international.

 

9h30-10h15. François Trichet, officier de liaison Gendarmerie & conseiller à la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes).

 

10h15 - 11h.  « Quelle rationalité pour la médecine ? Une réflexion éthique sur l’essence du soin », par Michel Caillol, docteur en médecine (chirurgie orthopédique), docteur en philosophie (éthique et politique), Master Sciences-Po Paris, formateur en éthique médicale et hospitalière.

 

voyante.jpg 11h-12h. Rose-Anne Vicari, auteur de  « Confessions d'une voyante » Max Milo Editions, 2013

 

14h15-15h00. Une vie de lutte contre la scientologie, François Lavergnat, auteur de  « L’audace d’être contre ». François Lecombat, éd.  Publibook 2014

 

15h00-15h45. Sandrine Mathen, psychologue du service d’études du Centre d’information sur les organisations sectaires nuisibles (CIAOSN), organisme fédéral indépendant, créé par la loi, institué auprès du ministère de la Justice belge.

 

15h45-16h30. Dr René Luc Renucci  - L’occulte attire l’inculte – Partage d’expérience dans le domaine de l’oncologie.

 

16h30. Conclusion et enjeux philosophiques. Pierre Le Coz, philosophe, et directeur Département sciences humaines à la Faculté de médecine (Aix-Marseille Université), Espace éthique méditerranéen & UMR 7268 « ADES », auteur de « Le gouvernement des émotions et l’art de déjouer les manipulations » . Albin Michel 2014                           

 

Colloque organisé par le Groupe d’étude des mouvements de pensée en vue de la protection de l’individu (GEMPPI), BP 30095, 13192 Marseille  Cedex 20  -  Tel.  04 91 08 72 22.  Portable : 06 98 02 57 03

Gratuit, mais inscription obligatoire : Courriel : gemppi@wanadoo.fr , site : www.gemppi.org 
Avec le soutien du Conseil Général des Bouches du Rhône, de la ville de Marseille, de l’Espace Ethique Méditerranéen  et de  l’Assistance publique Hôpitaux de Marseille (AP-HM), En partenariat avec : La FECRIS*** – Fédération Européenne des Centres de Recherche et d’Information sur le Sectarisme, (www.fecris.org), la FAIL 13 (Ligue de l’enseignement) et le CEREM (Centre d’Etude et de Recherche en Ethique Médicale). 

 

Opportunité du débat  Les médecines non conventionnelles, pour ne pas dire dans certains cas, les superstitions thérapeutiques s’infiltrent dans tous les rouages de la société. Elles sont de plus en plus utilisées comme produit d’appel par certains mouvements sectaires. Elles utilisent très souvent un vocabulaire scientifique, médical, psychologique pour désigner des choses qui jusqu’à présent étaient de l’ordre de la croyance et de l'occultisme. Il devient de plus en plus difficile pour nos concitoyens de faire de vrais choix thérapeutiques dans cette confusion et de discerner ce qui est sérieux, plausible et ce qui relève du charlatanisme. Le but n’est pas de condamner les pratiques de soins non conventionnels, mais d’aider à clarifier les choses. Pour cela nous avons joué la carte de la pluridisciplinarité.  Chaque conférence sera suivie d’un débat libre avec les participants. Les conférences et les débats feront l’objet de publications écrites et audio-visuelles et éventuellement de retransmissions télévisées (Plusieurs journalistes seront invités).

Lundi 22 septembre 2014 1 22 /09 /Sep /2014 12:03
- Par GEMPPI - Publié dans : les dérives sectaires - Communauté : Religions en toute liberté

Civitas et les nouveaux fous de Dieu, par Luc Chatel, aux éditions Temps présent (lien), février 2014, 14,90 €

présentation du livre en 4ème de couverture :

civitas_nouveaux_fous_de_dieu.gif Après un long travail d’enquête et d’infiltration dans les milieux intégristes catholiques, Luc Chatel révèle leurs nouveaux réseaux (sur Internet notamment) et leur projet politique. Première étape : les municipales de 2014. Il raconte comment ces mouvements proches de l’Extrême-droite recrutent et forment des candidats. L’auteur fait des révélations sur l’institut Civitas, détonateur d’un mouvement beaucoup plus large qui a atteint son apogée avec les manifestations anti-mariage pour tous de 2013. Ce livre révèle aussi le soutien décisif apporté à ces intégristes activistes par des organisations puissantes et discrètes, des évêques et des responsables politiques. L’auteur analyse les références idéologiques et historiques de ces mouvements.
Né en 1973, Luc Chatel est journaliste et essayiste, spécialisé dans la religion, la politique et les médias. Il a travaillé quinze ans à Témoignage chrétien, dont il a été le rédacteur en chef de 2008 à 2011. Il est aujourd’hui journaliste aux Inrockuptibles. Il a publié deux essais : Médias : la faillite d’un contre-pouvoir (coécrit avec Philippe Merlant – Fayard, 2009), sur la défiance du public envers les journalistes et les médias, et Les Tartuffes du petit écran (JC Gawsewitch, 2012), qui démasque la « fausse impertinence » de quelques vedettes de la télévision.

invitation :

L’association Les Amis du 68 rue de Babylone et la maison d’édition Temps Présent (68, rue de Babylone, 75007 Paris) vous invitent à la présentation d’une toute nouvelle parution, "Civitas et les nouveaux fous de Dieu". Elle se fera au 68, rue de Babylone le 11 mars 2014 à 18 heures. Nous pourrons entendre les réponses que l’auteur, Luc Chatel, ancien Rédacteur en chef de Témoignage Chrétien, fera à un invité (nous n’avons à ce jour pas encore la réponse, mais ce sera une signature de la presse nationale). Cette présentation sera  suivie d’un échange amical de tous les participants avec l’auteur  autour d’un « pot de l’amitié ».

Vendredi 7 février 2014 5 07 /02 /Fév /2014 04:05
- Par Editions Temps présent - Publié dans : les dérives sectaires

Communiqué de presse de Véronique De Keyser, vice-présidente du Groupe Socialistes & Démocrates au Parlement européen (le vote est prévu ce mercredi 12 juin).

La santé et l’éducation assujetties à des choix religieux : il faut dire NON au rapport Andrikiené, s’insurge Véronique De Keyser Le Parlement européen va voter cette semaine à Strasbourg le rapport Andrikiené.  C’est-à- dire, des Lignes de conduite afin de promouvoir et de protéger la liberté de religion et de conviction dans le monde. Qui pourrait être contre l’idée de protéger la liberté de religion et de conviction ? 

Le problème, c’est ce que Madame Andrikiené, une eurodéputée lituanienne du Parti populaire européen, a fait de la proposition initiale de la Commission.  Elle l’a transformée en un véritable brûlot religieux.  Si on la suit dans son rapport, rien ne permettra plus de s’opposer au créationnisme dans les écoles, rien n’obligera les élèves à suivre des cours de biologie, de gymnastique ou de natation, rien ne permettra d’empêcher des pratiques médicales religieuses dangereuses ou rétrogrades. Pour ce qui est de l’éducation « le droit des parents d’éduquer leurs enfants conformément à leur convictions qu’elles soient religieuses ou pas, inclut le droit de dénier toute interférence indue dans cette éducation, qu’elle provienne d’acteurs étatiques ou non étatiques, si elle est opposée à leurs convictions, qu’elle soient religieuses ou pas ». 

Je n’ose imaginer les dérapages possibles, religieux ou sectaires (car ce sont les pays qui définissent ce qu’ils considèrent comme religions ou associations philosophiques, pas l’EU) dans ces domaines. En fait ce rapport est aussi une contestation de l’idée d’enseignement officiel : le choix des parents de ce qui peut et doit être enseigné à leur enfant est, pour Madame Andrikiené, la référence ultime : quel recul dans la conception même de l’éducation ! 

Ne parlons pas ici de la santé et du droit des femmes : si ce rapport passe, les femmes risquent se heurter à l’objection de conscience de leurs soignants, sans garantie de leurs droits. L’objection de conscience est promue comme «  exercice légitime de la liberté de la liberté de pensée, de conscience et de religion dans les matières moralement sensibles »,  (avortement,  procréation assistée, euthanasie etc ).   En l’état, ce rapport est inacceptable.  Il a été rejeté par les Socialistes et Démocrates en Commission des Affaires Étrangères, et le sera encore en plénière s’il ne subit pas un lifting complet, c’est-à-dire si des pans entiers ne sont pas élagués par des votes de rejet.


parlement-europeen.jpg

 

Communiqué de l'Observatoire Chrétien de la Laïcité (OCL).


Informé du rapport Andrikiéne , proposé au Parlement Européen, « pour promouvoir la liberté de religion et de conviction dans le monde », l'Observatoire Chrétien de la Laïcité (France) souligne le grave danger que ce rapport fait courir à la liberté de conscience qui consiste dans le droit des citoyens des pays démocratiques  de choisir librement leurs  convictions, c'est à dire  d'avoir une religion, de n'en pas avoir et  d'en changer librement. Contrairement à la notion de liberté religieuse qui consisterait selon ce rapport à défendre « le droit des parents d'éduquer leurs enfants conformément à leurs convictions qu'elles  soient religieuses ou pas » ce qui supposerait «  le droit de  dénier toute interférence  dans cette éducation qu'elle provienne d 'acteur étatiques, si elle est opposée à leur conviction qu'elles  soient religieuses ou pas » la liberté de conscience suppose la neutralité de l'Etat et d'un système scolaire, fondé sur l'éducation au savoir théorique et pratique, sur des méthodes communes  de transmission et d'élaboration des connaissances,  sur une pensée rationnelle commune et l'acquisition d'un esprit critique positif,  et permettant l'apprentissage vécu de la citoyenneté démocratique et  du "vivre ensemble dans le respect des différences ". Il serait désastreux pour tout système éducatif dans une société sécularisée de femmes et d'hommes libres d'y introduire l'obligation à enseigner des convictions particulières, à la limite sectaires ou délirantes ...
L'école n'est pas le prolongement de l'éducation parentale mais elle doit ouvrir l'enfant sur la vie sociale globale et sur la diversité légitime qu'inclut la liberté de conscience, et non imposer des points de vue particuliers  que ce soient  des croyances particulières voire  des idéologies (religieuses ou non) d'un Etat, en ce dernier cas non démocratique.
Le système éducatif ouvert à tous les enfants est de la responsabilité des Etat dans une  société sécularisée dans lesquelles l'Etat n'a pas à reconnaître, mais seulement à connaître, les diverses convictions et groupes de conviction des citoyens et s'adresse à  des enfants de toutes convictions. Ce qui implique une neutralité du système éducatif dans le domaine des croyances et la définition des moyens d'une éducation humaine à une morale citoyenne fondée sur les valeurs communes qui permettent de fonder une démocratie.

Jean Riedinger secrétaire l'O.C.L.

Mercredi 12 juin 2013 3 12 /06 /Juin /2013 00:38
- Par Véronique de Keyser et OCL - Publié dans : les dérives sectaires - Communauté : Religions en toute liberté

Ne nous trompons pas de cible. Il y a les athées qui depuis principalement le XIXème siècle dénoncent les croyances religieuses comme obscurantistes, illusionnistes et dangereuses : c'est pleinement leur droit et certains croyants les rejoignent d'ailleurs sur de nombreux points. Il y a aussi la liberté de critique en général qui va de pair avec la liberté de penser. Mais il y a AUSSI et SURTOUT des religieux qui dénoncent et critiquent avec haine les autres religions. Et puis il y a, malheureusement, ceux qui incitent à tuer par des prêches, par une désinformation systématique et du bourrage de crâne, par l'enrôlement de jeunes en leur promettant la gloire des martyrs et le paradis assuré, par des fatwa, par des lynchages et des condamnations à mort pour blasphème, par des commandos, par des milices, par des manifestations violentes. C'est là tout autre chose.

 

Certes, il y a encore de nos jours un intégrisme chrétien, mais il n'est plus meurtrier comme il l'a été naguère avec les pogroms contre les Juifs. Certes il y a des milieux chrétiens islamophobes, fort heureusement minoritaires, mais brûler un coran n'est cependant pas brûler une personne, même si c'est un geste provocateur condamnable qui doit être sanctionné par la Justice (pour trouble à l'ordre public par incitation à la haine). Mais nous sommes loin de la spoliation des biens, de la destruction des lieux de culte et des massacres dont de nombreux chrétiens, musulmans, sikhs, bahai's, etc., sont victimes. Je dis bien ici que de nombreux musulmans sont les premières victimes du fanatisme de leurs coreligionnaires islamistes.

 

L'intégrisme religieux peut être une opinion, ou encore un lobby ; mais il peut aussi dériver dans la haine et le meurtre. Ne faisons donc pas d'amalgame, ne renvoyons pas benoîtement les parties en conflit dos-à-dos, ne mettons pas tout au même niveau, ne nous lavons pas les mains comme Ponce Pilate ... Oui, des croyants et autres sont aujourd'hui massacrés par des croyants fanatisés qui sont des meurtriers.

 

croyants_et_incroyants_blesses.jpg

Vendredi 21 septembre 2012 5 21 /09 /Sep /2012 01:07
- Par Jean-Claude Barbier - Publié dans : les dérives sectaires - Communauté : Religions en toute liberté

Par l’affirmation de la laïcité, à savoir la séparation de l’Etat et des communautés religieuses, les sociétés civiles modernes se sont dégagées de l’emprise sociale exercée historiquement par ces dernières. La plupart des croyants sont, aujourd’hui, eux-mêmes convaincus des bienfaits de cette laïcité. Mais pourquoi ne pas étendre celle-ci aux autres organisations idéologiques que sont les partis politiques et les syndicats ? Ne s’agit-il pas là de mouvances, tout à fait légales, mais qui relèvent de choix privés (tout à fait légitimes) fait par leurs membres ?


Or, les partis politiques et les syndicats exercent indéniablement une emprise exorbitante sur nos institutions, bien au-delà de leur fonction première. Ne confondons pas l’Assemblée nationale qui regroupe des députés élus, avec les partis politiques qui sont des instances non étatiques. Ne confondons pas les comités d’entreprises, avec les multiples syndicats qui sont également des instances qui relèvent des choix privés des acteurs économiques.


Pour revoir le rôle de ces organisations idéologiques, il conviendrait de revenir aux fondamentaux de la démocratie dite représentative. A défaut de pouvoir exercer une démocratie directe au-delà des groupes primaires, des personnes se proposent pour représenter les autres au sein d’instances délibératives à tel ou tel niveau. Elles présentent en conséquence leur candidature, se présentent elles mêmes, disent leur motivation, avancent un programme d’action au cas où elles seraient élues, etc. Elles peuvent très bien, à cette occasion, faire part de leurs appartenances idéologiques, entre autres leur encartement à un parti ou leur rattachement à une famille politique.


Ce sont aux citoyens, en âme et conscience, de se porter candidats. Par définition, tous les candidats sont des citoyens indépendants. Or, on constate que les partis politiques estampillent « leurs » candidats, les  sélectionnent à leur gré, les parachutent ici et là, vilipendent ceux qui ne se conforment pas à leur discipline, etc. Le comble, c’est que les candidats « indépendants » doivent expliquer pourquoi ils ne veulent pas se présenter sous une « étiquette » … et sont alors taxés d’hypocrites ! Finalement, ce ne sont pas à des personnes que l’on délègue notre pouvoir de nous représenter, mais à des partis !


republique_dormante.JPG Lorsqu’un candidat est élu, il représente tous les électeurs de sa circonscription électorale et se doit d’agir au nom des intérêts nationaux de son pays. Or, la première chose qu’il fait, c’est de se congratuler avec ses amis et de chanter la victoire électorale de son camp. Mieux, il se retrouve dans l’hémicycle dans une partie des gradins affectée à « son » parti, exactement comme les supporters des équipes de sports dans un stade ! Cela donne le spectacle navrant de meutes applaudissantes ou sifflantes, vociférantes, frondeuses, animées d’un même combat comme un seul homme. Les députés qui dérogent aux directives de leur parti sont vite considérés comme des « traites », rappelés comme des enfants à la discipline, à l'ordre et à la cohérence, etc. Pire s’ils acceptent une responsabilité gouvernementale sans l’accord officiel de leur parti ! En terme religieux, ils seraient des apostats ! Comme on le voit, ils sont tenus en laisse bien qu’ayant été élus par le peuple … Qui a parlé de godillots ?


Nous sommes les héritiers des coteries de la Révolution française – qui s’entretuèrent allègrement au nom de cette même République, après avoir coupé les têtes des ci-devants. Nous sommes aussi quelque part influencés par les lourdes machines électorales du Royaume-Uni et des Etats-Unis. Et puis, le marxisme-léninisme nous a apprit doctement comment manœuvrer en coulisse, comment manipuler « le peuple » pour prendre le pouvoir – en son nom bien sûr – en écrasant l’ennemi d’en face. Depuis, les experts en média en ont rajouté en finesse. Dans cette optique, les partis politiques sont des outils de combat, d’accès au pouvoir en écartant les autres – sauf temporairement ceux dont on peut avoir besoin pour faire des alliances électorales. Les historiens, en retraçant les carrières des  élites politiques, nous en apprennent toujours beaucoup sur la façon dont on arrive au pouvoir en passant par les coulisses.


Il s’ensuit une guerre idéologique incessante entre les partis, entre la Majorité et l’Opposition issues des urnes, entre le Gouvernement et ceux qui d’emblée sont contre tout ce qu’il fera, entre le Président de la République et ceux qui n’ont pas voté pour lui, au sein même des partis politiques, etc.


Pire, les perdants sont mauvais joueurs et en appellent chaque fois que possible à la démocratie de la rue, aux manifestations populaires qu’ils soutiennent, exitent ou suscitent, aux grèves susceptibles de paralyser le pays, qu'ils encouragent par des slogans ... et des organisations (et groupes occultes) jouant parfaitement le rôle de courroie de transmission. Foutent la chienlit comme disait le général de Gaulle. L’ambiance est au soupçon et à la haine politique, les médias soufflant chaque fois sur les braises pour faire du buzz.


C’est le résultat inverse d’une démocratie où les citoyens sont invités à participer, à apporter leurs compétences, à émettre des avis et à faire des propositions, à esquisser des synthèses, à accepter des compromis, à voir plus grand et plus divers au contact avec les autres, etc. Les questions sont assurément complexes et les résumer par des mots d’ordre à l’usage de déclarations médiatiques ou de manifestations de rue est particulièrement démagogique. Trop de soit disant programmes n’en restent d'ailleurs qu’à des déclarations d’intention … on conseille même aux candidats de rester dans le flou afin de ne pas se mettre à dos telle ou telle partie de l’électorat !


Peut-on changer cet état de fait qui s’est instauré dans nos pays et qui divise profondément nos sociétés civiles, nous faisant croire que les différences sont « fondamentales », que les programmes sont radicalement incompatibles entre eux, que « sa » vision de société est aux antipodes de celle des autres , etc. ? Cela fait penser aux prétentions des religions particulières, chacune vantant ses mérites incontournables !


Une première mesure serait de mettre fin aux investitures ; libre aux partis de dire leur appui à tel ou tel candidat. Les bulletins de vote devraient seulement mentionner le nom du candidat, quitte à lui à faire connaître, lors de sa campagne, les soutiens dont il bénéficie.

 

Par ailleurs, s’il est légitime que les députés s’inscrivent à des commissions parlementaires thématiques, voire régionales, on ne voit pas pourquoi ils recomposent les partis politiques au sein de l’hémicycle. Ils devraient plutôt siéger par ordre alphabétique ou aléatoire ou selon leur département. Quant aux agapes particulières, parfois / souvent à relent sectaires, elles peuvent très bien se tenir au siège des partis politiques respectifs. La même éthique devrait présider au plus haut niveau de l’Etat et le président en exercice s’abstenir d’y convier « ses troupes ». Les instances nationales doivent être l’affaire de tous les citoyens indépendamment de leurs appartenances idéologiques, et soignement préservées en conséquence des assauts des lobbies et des partis, des ingérences de toute sorte. Préservons nos instantes étatiques !


Halte aux emprises idéologiques de toute sorte et aux manipulations mentales !

Samedi 7 janvier 2012 6 07 /01 /Jan /2012 08:50
- Par Jean-Claude Barbier - Publié dans : les dérives sectaires - Communauté : Religions en toute liberté

OBSERVATOIRE CHRÉTIEN DE LA LAÏCITÉ

communiqué du vendredi 4 novembre 2011

 

Comme beaucoup de nos concitoyens s'exprimant collectivement ou individuellement nous condamnons les comportements violents d'intégristes religieux qui estiment "défendre" une religion en dénonçant un prétendu blasphème. L'Observatoire Chrétien de la laïcité souligne que dans une société démocratique qui respecte la liberté de pensée le blasphème en tant que tel n'est pas un délit. En accuser quelqu'un n'a de sens que du point de vue de certaines croyances : il ne saurait concerner qui ne partage pas ces croyances. Dès 2003, on pouvait lire dans notre Manifeste : « La République garantit le droit de critiquer publiquement religions et pensées philosophiques, jusqu’à l’ironie ou la comédie, dans les limites de la loi : aucune conviction organisée ne doit à ce sujet revendiquer un caractère intouchable ou sacré. »


Les "intégristes" quelles que soient leurs références religieuses ne sont pas les porte-parole de la communauté à laquelle ils disent appartenir. Dans le cas présent, ils en donnent même une image déformée, voire odieuse, contraire au désir du respect du bien commun et de sa "vitalité" manifestée par la création artistique par exemple. Si on est citoyen avant d'être croyant il faut rappeler que démocratie et liberté d'expression ou de création sont intimement liés.


Bien entendu la violence est condamnable. Tout citoyen a le droit de s'exprimer et aucun n'a le droit d'empêcher l'autre de le faire. La laïcité qui refuse tout lobby (et en particulier celui de la peur) demeure le meilleur rempart pour défendre la liberté d'expression contre les tentations de pratiques totalitaires.


L'Observatoire Chrétien de la laïcité (OCL) est un groupe de travail de la Fédération des Réseaux du parvis

adresse : Temps Présent, 68 rue de Babylone, 75007 PARIS

secrétaire de l'OCL : Jean Riedinger (contact)

Samedi 5 novembre 2011 6 05 /11 /Nov /2011 18:29
- Par Observatoire chrétien de la laïcité - Publié dans : les dérives sectaires - Communauté : Religions en toute liberté
medium_prosyletisme.jpg Extrémismes religieux, dérives sectaires et thérapeutiques, Colloque national, samedi 8 octobre 2011 de 9h00 à 17h30, organisé par le GEMPPI * – Groupe d’Etude des mouvements de Pensée en vue de la Protection de l’Individu ( lien), à l’Espace Ethique Méditerranéen **Hôpital adultes de La Timone,264, rue St Pierre 13005 Marseille
 
En partenariat avec : L’Espace Ethique Méditerranéen*, le CEREM (Centre d’Etude et de Recherche en Ethique Médicale), l’Assistance publique Hôpitaux de Marseille (AP-HM), la FECRIS (lien), la FAIL 13, avec le soutien du Conseil Général des Bouches du Rhône et de la Ville de Marseille.
 
Le but de ce colloque est de prévenir et d’armer nos concitoyens vis-à-vis de certains excès s’inscrivant dans des démarches spirituelles ou religieuses. La méthode consiste à introduire les participants aux différentes formes de dérives sectaires actuelles, le tout en évitant les amalgames assimilant le droit pour chacun d’avoir sa part d’irrationnel ou de religieux. L’enjeu étant pour chacune des composantes d’envisager une meilleure résolution des problèmes.
 
Chaque conférence sera suivie d’un débat libre avec les participants. Les conférences et les débats feront l’objet de publications écrites et audio-visuelles et éventuellement de retransmissions télévisées.
 
9h-9h15. Présentation accueil. Président du GEMPPI et un représentant de l’Espace Ethique Méditerranéen. Soutien du Conseil Général 13 et de la Ville de Marseille
9h15-10h00. Autour du bouddhisme et ses déclinaisons new age, par Félix Crespo Bouddhanar. Suivi d’un témoignage
10h00- 11h30. Autour du catholicisme, par Christian Terras de la revue Golias. Nouveaux Mouvements Ecclésiaux (NME) et dérives par Laurence Poujade, vice-présidente de l'AVREF (Association Vie Religieuse Et Familles) et témoignage de Jean Priol (ex religieux capucin). Le Père Félix Baudoin, de Pastorale, Nouvelles croyances et dérives sectaires
11h30-12h. Autour du protestantisme. Les protestants évangéliques : un radicalisme théologique et éthique. Pasteur John Raymond Stauffacher (Eglise Réformée Evangélique Marseille Friedland)
12h – 12h45.  Abus de droits. Contenu et limites de la liberté de croyance (menaces religieuses sur l’hôpital, etc.). Evelyne Kestler, doctorante en droit
 
Collation
 
14h-15h. Autour de l’islam, par Riadh Sidaoui, journaliste, écrivain, politologue, fondateur et directeur du Centre arabe de recherches et d'analyses politiques et sociales (Caraps) à Genève ; suivi d’un témoignage et de la présentation de l’AVICH - Association des Victimes de l’Islamisme pour la Citoyenneté et l’Humanisme
15h-15h45.  Autour de la franc-maçonnerie, par Pierre Lambichi, ex président du Grand Orient de France. Eventuellement suivi d’un témoignage
15h45-16h05. Autour du judaïsme. Interview en différé d’Isabelle Lévy, auteur de « Menaces religieuses sur l’hôpital »
16h05-16h25. Croyances occultes et médecine.Témoignage.
16.25-17h30. Approche du sujet au travers de l’expérience de membres des Aumôneries et de « Pastorale et sectes ».Le Père Jean-Marie Maestraggi, Aumônier d’hôpital (Marseille). Vincent de Marcillac présentera aussi la création de la cellule Pastorale, sectes et nouvelle croyance, dans le diocèse de Marseille. Les membres des aumôneries d’Hôpitaux des différents Cultes sont invités afin de nous faire partager leur expérience en matière de pressions sur les malades, de groupes sectaires. Témoignage de l’Exorciste diocésain concernant la santé.
 
Gratuit. Inscription obligatoire auprès du GEMPPI, dans la limite des places disponibles
Ce programme est susceptible de subir des modifications
* GEMPPI, BP 30095, 13192 Marseille Cedex 20  -  Tel/fax : 04 91 08 72 22
Portable : 06 98 02 57 03 - Courriel : gemppi@wanadoo.fr  -  www.gemppi.org                           
** Site de l’Espace Ethique Méditerranéen : http://www.ap-hm.fr/ethiq/fr/site/accueil.asp
Un libraire sera sur place et tiendra un stand où il proposera les ouvrages des intervenants
Lundi 3 octobre 2011 1 03 /10 /Oct /2011 17:57
- Par GEMPPI - Publié dans : les dérives sectaires - Communauté : Religions en toute liberté

Protégeons notre jeunesse des influences idéologiques politiques et/ou religieuses qui savent marquer leur emprise au moyen de symboles. Les vêtements se prêtent particulièrement bien à cela. Le voile de tête (et bien sûr le voile intégral) sont interdits à l'école : qu'à cela ne tienne, "on" introduit les djellaba ! Qu'avez-vous contre ces vêtements seulement exotiques, bande de racistes !Bien joué de la part des activistes islamiques qui font le forcing.

 

Les marques commerciales, quant à elles, s'en donnent à coeur joie pour faire croire aux jeunes qu'ils sont à la dernière mode - et plus riches ou en tout cas plus branchés que celui qui est habillé simplement.Tant pis pour les enfants des budgets familiaux un peu serrés ! Qu'on se le dise, la société moderne est hiérarchisée !

 

L'extrême Gauche à son étoile rouge de Che Guevara et l'extrême Droite une panoplie allant du crâne rasé aux têtes de mort sur les tea-shirts.

 

La République, comme une vieille autruche, fait mine de rien, ne veut pas voir, et continue à parler dans le vide de ses idéaux d'égalité et de laïcité qui sont bafoués dans nos Ecoles.

 

marine_le_pen_et_skinhead.jpg

 

Ici, Marine Le Pen photographiée en 2006 avec deux skinhead (découverts depuis comme étant des néo-nazi notoires de la région lyonnaise) (lien)

 

Signe de leurs idées politiques extrêmes, leur tenue. L'un arbore un tee-shirt Lonsdape, détournement de la marque Lonsdale. Le changement d'une lettre permet une référence au NSDAP, soit le parti national-socialiste des travailleurs allemands, la formation d'Adolf Hitler. Quant à l'autre protagoniste, il arbore, sur son tee-shirt, un croix gammée masquée par une tête de mort. Le blogueur qui donne l'information signale qu'il s'agit d'une Totenkopf, "symbole des gardiens SS des camps de concentration et d'extermination durant la seconde guerre mondiale".  

 

Bon, faut savoir déchiffrer ! Est-ce trop demander à Dame République d'ouvrir les yeux sur ce qui se passe ? Certes, ce ne sont que des tea-shirts ! ... mais d'autant plus faciles à fourguer à nos jeunes scolaires toujours à l'affût pour épater leurs camarades et à suivre les "aînés".

Mercredi 6 avril 2011 3 06 /04 /Avr /2011 14:50
- Par Jean-Claude Barbier - Publié dans : les dérives sectaires - Communauté : Religions en toute liberté

Le Mouvement révolutionnaire des chrétiens (MRC) : communiqué de presse


Considérant que la démocratie véritable est du ressort exclusif des associations militantes, le MRC affirme que l’élection puis l’envoi de délégués paroissiaux aux synodes régionaux et nationaux relève de la démocratie seulement représentative et donc bourgeoise. En conséquence les débats des synodes sont vains et non avenus. Le peuple chrétien en particulier et croyant en général n’est nullement tenu d’en tenir compte.


Nous affirmons que la démocratie authentique est sur les places d'église, mise en œuvre par des chrétiens ameutés par leurs associations chaque fois qu’il y a une décision à prendre. C’est la démocratie directe avec des espaces publics barrés pour l’occasion afin de permettre la tenue d'autant de forums populaires. Les votes s’y font à main levée, dans l’enthousiasme populaire et révolutionnaire.


Même si les assemblées générales spontanées ne rassemblent qu’un nombre restreint de fidèles motivés, ce seront à elles – et à elles seules en tant que réunissant l'élite conscientisée - de décider des actions à entreprendre.


Jusqu’à ce que les Eglises n’acceptent la nouvelle démocratie et le MRC comme seul interlocuteur valable, il est décidé du blocage des églises ; le mouvement pouvant s’étendre, s’il le faut, à des lieux de culte d’autres religions. En conséquence, jusqu’à nouvel ordre, des piquets de vigilance bloqueront les portes, avec des poubelles entassées s’il le faut, pour empêcher les traîtres - anathème soit jetés sur eux -  de contourner les résolutions prises démocratiquement par la base.


Capitaine_Caverne.jpg Les casseurs qui viendraient à la rescousse dégrader les lieux de culte exprimeraient le malaise du peuple, son désespoir, son angoisse, son ras-le-bol, son exaspération tout à fait légitime devant une situation sans issu du fait de la seule volonté des pouvoirs cléricaux. Nous vous demandons en conséquence, même si l’on ne peut approuver tout ce qu’ils font, de les comprendre et de les absoudre. Nous rappelons qu’on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs. C’est l’autisme des autorités cléricales qui est le véritable et seul responsable de cette situation et celles-ci devront en rendre compte devant l'opinion publique érigée s'il le fallait en tribunal populaire.


Nous dénonçons en particulier l’Eglise catholique romaine pour son autoritarisme, son cléricalisme, son despotisme, sa centralisation, son mépris du peuple, son alliance du sabre et du goupillon, ses méthodes discriminatoires, dictatoriales, inhumaines, hypocrites, indignes de Jésus-Christ dont l’esprit seul doit nous animer pour l’éternité.  Nous, forces révolutionnaires, nous vous assurons que nous ferons beaucoup mieux le jour où nous exercerons le pouvoir au nom de tous.

 

Nous sommes convaincus de l'infaillibilité de notre combat. Nous vous promettons la Victoire finale. Amen.


Pour une Eglise démocratique, le MRC toujours prêt pour l’alternative populaire de base. Sa devise de génération en génération : " Honni soit qui mal y pense ! "


ndlr : Vous avez dit populisme ? Il s’agit bien entendu d’une parodie humoristique, qui n'engage que son auteur, mettant en parallèle notre démocratie politique et nos démocraties de communautés religieuses, celles-ci n'étant pas forcément en retard sur la première ...

Jeudi 21 octobre 2010 4 21 /10 /Oct /2010 11:03
- Par Jean-Claude Barbier - Publié dans : les dérives sectaires - Communauté : Religions en toute liberté

Davy Forget, lui-même témoin de Jéhovah, vient de consacrer un ouvrage au droit de culte de sa congrégation : "Témoins de Jéhovah en France : entre reconnaissance et discrimination" . Il peut-être commandé sur le site de l'éditeur (livre ou PDF, lien) ou via Amazon (lien).


tdj_Davy_Forget-copie-1.jpg - L'introduction met désormais en valeur l'isolement de la France dans sa vision des sectes.
- Statuts juridiques dans les autres pays mis à jour.
- Discussion sur l'arrêt du Conseil d'Etat de 1985, puisqu'il est encore utilisé comme référence par nos détracteurs.
- Explications du ministère de l'Intérieur sur la reconnaissance du statut cultuel aux TJ et sur l'éventuel trouble à l'ordre public.
- Articles récents sur les dangers des transfusions sanguines.
- Courte section sur la neutralité politique et l'objection de conscience.
- Débat sur les aumôniers témoins de Jéhovah dans les prisons.


Résumé de l'éditeur :


Alors qu’ils sont officiellement reconnus dans la plupart des pays européens, leur statut légal reste polémique en France. Les uns se réfèrent à leur classification comme « secte » par des rapports parlementaires, tandis que les autres s’appuient sur la jurisprudence administrative pour leur accorder le statut d’« association cultuelle ». Qui fait autorité en la matière ? Que penser également des points polémiques : refus de la transfusion sanguine, isolement social, destruction des familles ? Relèvent-ils d’un trouble à l’ordre public ?


Pour répondre à ces questions, l’auteur s’est constitué une large documentation depuis une douzaine d’années : articles juridiques, coupures de presse, ouvrages sociologiques, rapports officiels, circulaires, jurisprudence nationale et européenne ... Cet ouvrage offre une synthèse accompagnée d’une analyse critique et pertinente des divers arguments présentés par les principaux acteurs impliqués dans ce débat, avec toutes les références utiles pour vérifier ou approfondir sa réflexion.

Dimanche 22 août 2010 7 22 /08 /Août /2010 15:29
- Par texte envoyé par Fabien Girard - Publié dans : les dérives sectaires - Communauté : Religions en toute liberté

Le public rit de bon cœur et les audiences explosent : les humoristes paradent à la Une.

 

Mais depuis Raymond Devos (1922-2006), l’humour a bien évolué : il s’est fait facilement anti-institutionnel à tout crin, est descendu non moins facilement au-dessous de la ceinture, et a fini par mettre en scène des lynchages médiatiques de personnalités. Au nom de la liberté de pensée (qui décidément a bon dos), l’arrogance, la provocation, l’irrespectabilité sont de mise. L’humour « à la française », certes de tradition littéraire, en perd de sa finesse, de ses bons mots qui faisaient rire tout le monde sans exception. Il est devenu partisan, militant, cracheur à la recherche de cibles vivantes que l’on désigne à la vindicte publique. Marat est de retour ! (lien )

 

Sur ce, une bonne partie de l’opinion et des partis politiques soutiennent à fond la caisse les humoristes de la haine car ceux-ci sont perçus comme étant du même bord. Les mêmes nous proposeront sans doute des programmes, car les élections présidentielles se pointent déjà à l’horizon, où l’on se gardera bien de parler de morale, de civisme et de valeurs. D’ailleurs l’évolution sémantique est éloquente : on ne parle plus guère de « projets de société ».

 

On a reproché à l'empire romain l'orchestration de spectacles sanglants, et nous nous donnons la parole à la Haine pour plaire au peuple. Adieu Raymond Devos !

 

raymond_devos.jpg

Jeudi 24 juin 2010 4 24 /06 /Juin /2010 04:59
- Par Jean-Claude Barbier - Publié dans : les dérives sectaires - Communauté : Religions en toute liberté

Ils sont là, avec leur visage d’ange,

affiche-croire.jpg Prêchant, de ci, de là, la fausse vérité,

Le monde est foutu, ça vous dérange,

Et ce discours vous l’écoutez.

 

Alors, ils font promesse de vous sauver,

Leur Dieu est fort et vous promet l’éternité,

Ame fragile, corps affaibli d’une maladie,

Vous y cédez, inconsciemment, petit à petit.

 

Ils rentrent dans votre vie, vous désintègrent,

Vous les suivez, et vous soumettez,

Y engloutissez même ceux que vous aimez,

Vous êtes perdu, leur « foi » est allègre !

 

De vos enfants, ils feront des esclaves,

Et vous ne verrez aucune entrave,

Ils les violeront, et les marieront,

Avec plus vieux, c’est si bon !

 

De votre argent, il se serviront,

Pour pouvoir sucer ce sang,

Qu’un jour, ils vous interdiront,

Si vous en mourrez, leur dieu vous attends !

 

Voilà ce qu’ils ont promis,

A celle que j’ai aimée,

Voilà ce qu’ils ont manigancé,

Pour qu’elle me quitte, moi son ami !

 

Elle a été violée et meurtrie,

Par ces bonimenteurs qu’on oublie,

Aujourd’hui, ils l’ont rattrapé,

Et la condamnent au nom de l’unité !

 

Voilà la vraie et cruelle vérité,

De ceux qui se prétendent sauveurs du monde,

Ils ne sont que représentants de la bête immonde,

Combien d’autres vont-ils tuer ?

 

par Frédéric, posté le 27 novembre 2007 sur un site réservé aux poètes

Lundi 7 juin 2010 1 07 /06 /Juin /2010 21:18
- Par Frédéric - Publié dans : les dérives sectaires - Communauté : Religions en toute liberté
Les dissidents de Vatican II ont longtemps surfer sur l’abandon du latin chanté à l’église dont les accents et les mélodies avaient bercé leurs enfances et sur les dangers selon eux d’une modernisation progressiste de l’Eglise catholique. Voilà que, désormais, l’actualité leur donne des cibles plus concrètes : les rencontres inter-religieuses où les catholiques tendent la main aux musulmans et aux Juifs, la lutte contre l’homophobie à laquelle les communautés religieuses sont conviées.

eglise-dans-tous-ses-etats_bis.JPG Mieux, ces dissidents sont encouragés par les gestes d’accueil de Benoît XVI qui souhaite (ce qui est tout à fait compréhensible) résorber cette dissidence, par le succès inattendu de la votation suisse anti-musulmane et aussi par les controverses suscitées par la légalisation du mariage homosexuel et de l’adoption d’enfants par des couples homosexuels dans plusieurs pays européens.


Sur fond de grave crise économique mondiale, d’une gestion difficile et hyper sensible des flux migratoires, de recomposition et donc de fluidité du paysage politique *, l’Extrême droite fait florès. En France, lors des toutes récentes élections régionales, le Front national vient d’atteindre les 22,8% dans la région du PACA (la région de Marseille) et 22,2% dans la Région du Nord – Pas-de-Calais.

* montée en puissance d’un parti écologique de Gauche, échec d’une aventure centriste commencée aux dernières élections présidentielles avec pourtant 18% de l’électorat, marginalisation d’un parti trotskiste en principe d’ouverture à toute la Gauche « anti-capitaliste » avec pourtant un jeune leader charismatique, méfiance aussi vis-à-vis des partis politiques avec une dissidence socialiste gagnante au Languedoc-Roussillon et un Divers gauche soutenu par la majorité présidentielle en Guyane, etc.

Alors que les politologues prédisent que le système présidentiel à élection au suffrage universel conduit nécessairement au bipartisme à l’américaine (avec lamination du centre et des extrêmes), les dernières élections ont présenté un grand nombre de triangulaires. La cause : une Extrême Droite requinquée !

Or celle-ci a indéniablement une composante religieuse ainsi que le signalent des incidents récents dedans et près de lieux de culte : interruption de l’assemblée à Saint-Merri (1) et à Notre-Dame de Paris (2), contre manifestation musclée contre des homosexuels sur le parvis de cette dernière église (1) ; sans oublier le vandalisme déjà ancien mais continu de mosquées, de synagogues, de salles du Royaume (3) et de tombes par des nazillons.

(1) Voir la lettre ouverte adressée par le pasteur Stéphane Lavignotte à l'archevêque de Paris, publiée par le journal Libération le 23 février 2010), à la suite à plusieurs manifestations d'homophobie, et reproduite sur ce site (lien)

(2) ce dimanche 21 mars, le rabbin Rivon Krygier, invité par l’archevêque de Paris et cardinal, Mgr.  Vingt-Trois, à donner une conférence dans le cadre d’un Carême placé sur le thème « Vatican II, boussole pour notre temps », a dû la faire à partir de la sacristie car un commando de « traditionalistes » s’était mis à chanter le chapelet « pour réparer l’outrage » (sic), à savoir la prise de parole d’un rabbin juif dans le cadre d’un carême catholique (lien).

(3) « Les lieux de culte des Témoins de Jéhovah sont victimes d’agressions », article du samedi 19 décembre 2009 sur ce site (lien)

Lundi 22 mars 2010 1 22 /03 /Mars /2010 10:12
- Par Jean-Claude Barbier - Publié dans : les dérives sectaires - Communauté : Religions en toute liberté

En 2007, l'Etat polonais a été condamnée par la Cour européenne des droits de l'Homme pour avoir refusé l'Interruption volontaire de grossesse (IVG) à Alicja Tysiac qui attendait un troisième enfant et risquait de perdre la vue. Depuis, les milieux catholiques conservateurs, hiérarchie en premier, se déchaîne contre elle, la comparant aux nazis et présentant l'IVG comme une nouvelle Shoah !

La juge du Tribunal de première instance de Katowice a condamné le 23 septembre dernier un magazine catholique dirigé par un ecclésiastique, "L'Invité du dimanche", particulièrement calomnieux, et l’archevêché de Silésie à publier des excuses et à verser 30 000 Zlotys de dommages et intérêts (10 000 Euros) à Alicja Tysiac. Mais ceux-ci ont fait appel et le procès doit reprendre le 19 février.

Communiqué :

L'Observatoire Chrétien de la Laïcité
(OCL) qui regroupe une  dizaine  d'associations de la Fédération des réseaux  du Parvis, en France, tient à apporter son soutien à Madame Alicja Tysiac dans son procès en appel contre le magazine Gosc Niedzielny et l’épiscopat polonais.

alicja_tysiac.jpg L'OCL estime  que le combat mené par Mme Alicja Tysiac relève d'une approche éthique humaniste et respectueuse  des personnes, en conformité avec la foi chrétienne, alors que les injures dont elle est couverte par des médias «catholiques» polonais relèvent d'une attitude haineuse contraire à l'esprit évangélique.

illustration : Bretonnes et Bretons en solidarité avec le combat des femmes polonaises

D'autre part l'épiscopat polonais, des organisations catholiques, des journalistes et hommes politiques  catholiques ont certes le droit d'exprimer leur position concernant l'interruption volontaire de grossesse, mais cela ne leur donne pas le droit de dénigrer une femme parce qu’elle ne partage pas leurs opinions sur ce point.

Le jugement du 23 septembre constitue une première victoire des partisans  de la laïcité sur la volonté d'une hiérarchie religieuse d'imposer ses conceptions à toute la société. La laïcité respecte la liberté de conscience personnelle et interdit à une communauté de dénier cette liberté à quiconque ; la laïcité  permet  dans la société civile pluralisme et dialogue (rejetant haine et agression) ; la laïcité exige la séparation effective de l'Eglise et de l'Etat démocratique.

De plus dans le cas particulier de Mme Alicja Tysiac ce jugement ouvre une première brèche en condamnant fermement les discours de haine ainsi que l’instrumentalisation scandaleuse de la Shoah à laquelle l’avortement est comparé.

Chrétiens laïques, nous sommes entièrement solidaires d'Alicja Tysiac et des mouvements  européens de toutes convictions dans leur action contre les conceptions réactionnaires et antidémocratiques d'une partie de l'Eglise catholique en Pologne.

Le 14 janvier 2010, lettre au Tribunal de première instance de Katowice (Pologne),

pour L'Observatoire chrétien de la laïcité, Jean Riedinger, secrétaire national, courriel

 

Samedi 16 janvier 2010 6 16 /01 /Jan /2010 11:43
- Par Observatoire chrétien de la laïcité - Publié dans : les dérives sectaires - Communauté : Religions en toute liberté

De nombreux lieux de culte sont victimes d’actes d’agression allant jusqu’à des incendies causée par bouteilles molotov. En plus des églises, mosquées et synagogues, il y a souvent aussi des "salles du Royaume". En voici la liste adressée à l’Ong belge Human Right Without Frontiers (HRWF) (paru sur le site de cet organisme le 18 décembre 2009) par le consistoire des Témoins de Jéhovah en ce qui concerne l’année 2008.

A quand les pogroms ? Rappelons que, sous l’occupation nazie, les Témoins de Jéhovah étaient conduits dans les camps de concentration. Les nazillons signent d’ailleurs d’une croix gammée leurs agressions contre les salles du Royaume.

Si les presses locales relatent parfois les faits, les médias nationaux en parlent moins. Peut-être aussi pour ne pas susciter d’autres actes par imitation. Mais le bilan est lourd et une mise au point des pouvoirs publics mériterait d’être fait dès lors que ces lieux de culte ont été autorisés. Un travail de communication est à faire tant du côté de ceux-ci que du Consistoire concerné.

Les unitariens apportent leur solidarité aux assemblées des Témoins de Jéhovah qui sont victimes de ces actes d’agression.

bâtiments endommagés : 01 Gex Threat, le 30 mars ; 13 Aix en Provence Sud, le 25 octobre ; 14 Caen Sud Est, le 14 février ; 14 Hérouville-Saint-Clair, le 24 mai ; 14 Dives Sur Mer, le 7 mars ; 19 Brive Sud, le 1er mars ; 20 Corte, le 28 août ; 25 Maiche, le 1er novembre ; 27 Pont-Audemer, le 10 février ; 29 Carhaix, le 20 janvier ; 29 Portsall, le 16 octobre ; 30 Villeneuve les Avignon le 13 février 08 ; 31 Saint-Gaudens le 21 juin ; 33 Libourne St-Denis le 12 février ; 34 Montpellier mas D'astre le 17 mai ; 36 Valençay le 3 janvier ; 38 St Marcellin le 23 décembre ; 41 Blois Ouest le 4 février ; 41 Vendôme le 10 février ; 44 Nantes La Beaujoire le 25 juin ; 44 Nantes Pont Rousseau le 30 octobre ; 62 Calais Est le 23 janvier ; 64 Mourenx le 6 février ; 64 St Jean de Luz le 9 février ; 67 Strasbourg Meinau le 4 février ; 69 Lyon Etats-Unis le 14 mai ; 67 Strasbourg Nord le 11 novembre ; 74 St Julien le 19 avril 08 ; 74 Chamonix le 11 septembre ; 75 Paris avenue Secrétan le 13 janvier , 75 Paris Alesia le 16 février ; 76 Oissel le 23 mars ; 76 Elbeuf Ouest le 24 octobre ; 77 Fontainebleau le 26 avril ; 89 St Florentin le 26 avril ; 89 St Florentin le 28 avril ; 91 Draveil le 22 décembre.

graffitis discriminatoires : 01 Bourg en Bresse Est, le 8 novembre ; 14 Bougy, le 5 octobre ; 30 Villeneuve les Avignon le 12 avril ;  20 Ghisonaccia le 18 mai ; 26 Nyons le 23 mai ; 35 Rennes Ouest le 14 juillet ; 38 Vizille le 14 avril ; 54 Neuves Maisons, le 24 février ; 54 Vandoeuvre les Nancy le 16 mai ; 59 Lille Haubourdin le 26 janvier ; 62 Berck Sur Mer le 12 septembre ; 64 Pau Centre le 11 juillet ; 69 St Genis Laval le 16 novembre ; 93 Epinay Ouest le 9 février.

croix gammées peintes sur le bâtiment : 08 Fumay, le 7 juin ; 42 Roanne Nord le 14 août ; 54 Joudreville le 10 septembre ; 81 Albi Nord (avec menace de mort) le 22 décembre.

tirs avec arme à feu sur le bâtiment : 06 Nice Sud, le 27 avril

Samedi 19 décembre 2009 6 19 /12 /Déc /2009 13:46
- Par Actualités unitariennes - Publié dans : les dérives sectaires - Communauté : Religions en toute liberté

Certains partisans de Darwin voudraient enfermer le débat dans un cadre binaire : pour ou contre Darwin, Darwin ou Dieu, Darwin où les néo-créationnistes. Ce pro-darwinisme à tout crin est ridicule et fanatique.

Il est d'abord ridicule car toute théorie scientifique est amenée à être critiquée, contestée, améliorée, dépassée, remplacée, etc. C'est la dynamique scientifique que nul ne peut arrêter. Darwin n'a donc pas besoin de dévots fanatiques, mais tout simplement de la reconnaissance d'une oeuvre scientifique marquante en son temps, remarquable, immense. Donc un hommage appuyé à Darwin et haro parfaitement justifié sur l’occultisme de la plupart des Eglises de son époque cramponnées au récit de la Genèse comme une huître à son rocher.


Ce pro-darwinisme a tout crin est fanatique car il combat toutes les nouvelles hypothèses et nouveaux courants de pensée, comme par exemple celle du Dessein intelligent (à ne pas confondre avec le créationnisme et qui n’en est pas du néo-) ou encore la théorie cybernétique de l'Evolution de Roseline Chandebois qui met en avant les découvertes basées sur l’embryologie.


Fanatisme aussi du fait que, pour mieux combattre ses "ennemis", il ramène ceux-ci d'une façon arbitraire au créationnisme.

D’une façon générale, foin des dévots et des partisans unilatéraux, des fanatiques qui imposent leurs idées et refusent l’ouverture de débats comme si tout était dit une fois pour toute, des littératures anti- ou pro-, des positionnements dits de Droite ou de Gauche. On savait que l'homme était bipède, mais - lorsqu'il se laisse aller sans effort - il est volontiers binaire !

Que chacun apprenne à se dire enfin soi même sans avoir besoin de polémiquer ou de se trouver des adversaires ! Foin de la pensée binaire qui fait fi de la complexité des réalités et de la liberté de pensée individuelle.


Le meunier, après avoir reçu maints conseils contradictoires, continua sereinement son chemin avec son âne bien aimé, dixit La Fontaine.


La liberté de pensée et le respect de la démocratie dans les débats sont chers aux unitariens.

Pour un débat ouvert sur la question, voir une page consacrée à Michel Lefeuvre, philosophe des sciences (lien)

Lundi 16 novembre 2009 1 16 /11 /Nov /2009 19:18
- Par Jean-Claude Barbier - Publié dans : les dérives sectaires - Communauté : Religions en toute liberté

Eh oui ! Il nous faut avoir le nez dans le JO comme tout bon citoyen qui se respecte car "nul n'est censé ignorer la loi !". Avisse donc à la population. Naguère, le garde champêtre passait sur les places et dans les rues et chemins. Mais aujourd'hui c'est le JO chaque matin à l'heure du café !

Si vous ne le faite pas, tant pis pour vous car les lois poussent comme des champignons et puis d’autres disparaissent par on ne sait quelle trappe ... peut-être / sans doute manipulée par des fantômes qui ne laissent aucune traçabilité et que d’autres appellent des lobby.

Vous ne regretterez pas votre lecture (même si elle est un peu fastidieuse) car vous apprendrez par exemple qu'on peut organiser une association et pratiquer l'escroquerie sans que Dame Justice puisse vous rattraper, encore moins vous dissoudre - car une association n'est pas quand même pas un comprimé effervescent !


Oh, c’est tout récent : sous prétexte de dépoussiérer les textes qui ne serviraient plus à rien, et à l’initiative d’un député – quand même président de la Commission des lois à l’Assemblée nationale, c'est pas rien ! – les honorables députés ont ôté du code, par loi du 12 mai 2009, toute possibilité d’invoquer l’escroquerie pour dissoudre une association qui la pratiquerait. Ils s’en seraient, paraît-il, même pas aperçus !


Tiens, comme par hasard, c’est la Scientologie qui en est la première bénéficiaire. Elle jure par son ou ses dieux – et surtout par son avocat chéri - qu’elle n’y est pour rien. Ben voyons ! chacun sait bien qu’elle ne pratique ni l’extorsion des finances de ses ouailles, ni l’infiltration des milieux, ni les influences occultes.


Par temps de crise, voilà une bonne chose à savoir : faites comme la Scientologie pour vous faire un peu de pognon et survivre aux intempéries ! Lancer votre association pour escroquerie organisée : c’est désormais légal ! Faites vite car d'autres, assurément rabatjoie, voudraient réintroduire une interdiction de ce genre d'affaires.


Pour en savoir plus, adressez-vous à la Rue 89. Ils ont un bon dossier et un excellent site, et puis ils ont promis de tout faire pour assurer le suivi et renseigner les candidats.

 

Mardi 15 septembre 2009 2 15 /09 /Sep /2009 16:53
- Par Jean-Claude Barbier - Publié dans : les dérives sectaires - Communauté : Religions en toute liberté

Profitant de leur succès et de la tolérance de notre société libérale vis-à-vis des violences verbales, certains rappeurs s’en donnent à cœur joie. L’un deux, un nommé Orelsan, accuse sa petite amie qui l’a quitté de " sale pute ", parle de " marie-trintigner " les femmes (allusion au drame de 2003 où Marie Trintignant perdit la vie) ou de les " avorter à l’opinel " … Certains responsables politiques réagissent - c’est tout à leur honneur - d’autres avancent qu’Arthur Rimbaud fut lui aussi un violent (il faut y ajouter aussi un drogué et un trafiquant d’armes ! ).


Le libéralisme moral est-il synonyme de laisser-aller, de laisser-faire, de permissivité, de laxisme, d’électoralisme vis-à-vis des jeunes, de démagogie ?

Le passage aux actes est rare nous expliquent doctement des chercheurs en sciences humaines (qui s’en sont arrêtés aux statistiques majoritaires !). Les jeunes savent prendre cela au second degré - disent-ils – eh oui, mais ce passage aux actes se fait quand même !

En tout cas, au nom de la tradition unitarienne et plus largement humaniste, les Actualités unitariennes sont contre toute violence verbale et propos de haine d’où qu’ils viennent. Notre Ecole héritière de Jules Ferry et notre démocratie ont nécessairement une dimension morale, celle de valeurs à respecter. Et tant pis s'il faut pour cela ramer à contre courant !


ajout du 16 juillet 09

et pour ceux qui estiment que ce ne sont là que quelques dérapages ou égarements de jeunesse, je conseille la lecture des paroles de plusieurs des chansons d'Orelsan sur
le site Désir d'avenir de Ségolène Royal : ce sont des jets continus de discours macho-porno-facho. C'est bel et bien de l'idéologie clairement affirmée et non des propos malencontreux et isolés.  Orelsan serait victime d'un lynchage médiatique ? ben voyons ! C'est plutôt et d'abord un appel au lynchage des femmes de sa part dont il est question.

Mercredi 15 juillet 2009 3 15 /07 /Juil /2009 11:32
- Par Actualités unitariennes - Publié dans : les dérives sectaires - Communauté : Religions en toute liberté

Dans plusieurs pays, des présidents en exercice souhaitent prolonger leur mandat en modifiant la constitution. Ils sont évidemment bien placés pour entreprendre une telle opération. Ils organisent un référendum ou autres moyens électoraux et le tour est joué. La vanité n’a pas de frontière comme on dit et les ors du pouvoir scintillent toujours.

Le temps des présidents à vie, qui font de leur partie un appareil dominant, n’est donc pas terminé, loin de là. On parlait naguère de dictateurs en herbe (eh oui ! çà repousse !).

Manuel Zelaya, président du Honduras

Dernièrement, au Honduras, le Congrès et la Cour suprême disent non au caprice de leur président. Celui-ci persiste et signe, limoge son chef d’Etat-major qui ne veut pas marcher dans la combine et s’apprête à organiser les élections. Il est déposé à temps par l’armée et remis sain et sauf à un pays voisin - tiens, pour une fois que l'armée ne met pas un dictateur en place !  - et voilà qu’il reçoit le soutien unanime des autres chefs d’Etat du monde entier !

Moi je trouve un peu bizarre qu’on soutienne ainsi un aspirant à la présidence à vie. Où est la démocratie ? De quelle côté ? Pourquoi la digne communauté internationale n’a-t-elle rien trouvé à redire pour les présidents au Venezuela et au Niger, manipulateurs de constitution une fois arrivés au pouvoir ?

Le président exilé assure maintenant que si on le remet en selle, il ne refera plus de caprice ...

Je n’engage que moi-même en posant ces questions à contre courant. Je suis toutefois consolé de cette grande solitude en allant sur le Net et en tombant sur l’article d’Emmanuel Martin, analyste sur UnMondeLibre.org : " Coup d’État et coup d’État : Niger, Honduras, et le concept de Constitution ". Ouf, je ne suis pas seul à m’étonner ! D’autant plus que cet auteur est plus connu que moi ...


Vendredi 3 juillet 2009 5 03 /07 /Juil /2009 04:20
- Par Jean-Claude Barbier - Publié dans : les dérives sectaires

Dans deux messages en date du 13 février 2008, nous étions particulièrement heureux et fiers de vous annoncer la pose d’une plaque commémorative, place du Salin, à Toulouse, à l'initiative des Libres penseurs de la ville, en hommage à Giulio Cesare Vanini, supplicié sur cette même place.

Hommage auquel avait été associés aussi d’autres précurseurs de la pensée non dogmatique : Etienne Dolet, Michel Servet et Giordano Bruno
 


à Toulouse, sur une même plaque commémorative, Giulio Cesare Vanini, Etenne Dolet, Michel Servet et Giordano Bruno", lien et
à Toulouse, hommage à Giulio Cesare Vanini (1585-1619) ", lien 

Un an après, le passant retrouve cette plaque vandalisée :
l’obscurantisme violent est de retour !

Photos de Jean-Pierre Sabatié


Suite à ce constat de Jean-Pierre Sabatié, le Service du désaffichage et enlèvement de graffitis de la Mairie de Toulouse est intervenu les 11 et 12 février dernier. Deux applications de décapant ont été nécessaires pour obtenir un résultat convenable, mais il reste des traces si bien que le Service de l'architecture a été saisi pour protéger cette plaque de tout acte malveillant (lettre de la Mairie de Toulouse en date du 5 mars 09 à J.-P. Sabatié)

Lundi 9 février 2009 1 09 /02 /Fév /2009 04:42
- Par Actualités unitariennes - Publié dans : les dérives sectaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés